Eglise Saint Barthelemy

Église Saint Barthélemy

Rue du Bas à Heppignies

Eglise classée « Monument historique » en 1946, elle s’épanouit dans un écrin de verdure, à la limite du village. Son clocher–porche, massif, date du 18ème siècle, mais a été restauré en 1906. Les nefs, du 16ème siècle, ont été remaniées en 1763. « Soutenue par dix colonnes en pierre bleue qui supportent six arcs romans et deux gothiques vers le chœur, l’église est éclairée par douze fenêtres garnies de petits vitraux en mosaïques. »

Les trois autels et les lambris du chœur constituent un bel ensemble en bois de style Louis XV. L’autel majeur met en valeur l’Amour infini du Christ envers nous : le tableau montre le Christ donnant sa vie sur la croix. le trône d’exposition est surmonté d’un pélican qui se donne à manger à ses petits : au Moyen-Age, on pensait que le pélican, lorsqu’il ne trouvait plus de nourriture pour ses petits, se donnait lui-même à manger à ses petits ; on y voyait une figure de l’Eucharistie, où le Christ nous donne son propre corps en nourriture. Enfin, la statue du Sacré-Cœur qui domine l’ensemble, nous rappelle l’Amour infini que le Christ désire répandre en nos cœurs si nous l’accueillons. Les lambris sont ornés, près de l’autel, des bustes des apôtres Pierre et Paul, et des évangélistes Jean et Marc, reconnaissables à leurs symboles, (clefs, épée, aigle, tête de lion).

L’autel latéral droit abritait une statue de saint Barthélemy, malheureusement volée. Le tableau (de 1800), représente saint Roch, atteint de la peste, en soignant les pestiférés : il montre une plaie à sa jambe. A cause de cela, et craignant la contagion, les habitants chassèrent Roch de leur ville. Aussi, dit la légende, un chien venait apporter de la nourriture à Roch, d’où la légende de saint Roch et son chien. L’autel latéral gauche est dédié à la Vierge Marie. La statue de la Vierge à l’Enfant date du 19ème siècle. Le tableau, du 18ème siècle, montre l’adoration des bergers.

La chaire de vérité date du milieu du 18ème siècle. Sur la cuve se retrouvent les bustes des deux grands évangélisateurs : Pierre et Paul, qui ont annoncé Jésus-Christ. Au dossier, a été sculpté le Bon Pasteur qui porte la brebis égarée sur ses épaules : Jésus va à la recherche de chacun d’entre nous. Sur l’abat-son, deux angelots soufflent dans leur trompette pour attirer l’attention et avertir que le temps de la conversion est arrivée, qu’il faut écouter le Christ, le Bon Berger…

L’église possède encore deux statues de sainte Barbe, (à la tour), et de l’évêque saint Eloi, du 19ème siècle.

Enfin, à l’entrée de l’église, est disposée la statue de Notre Dame du Bosquet, qui se trouvait dans une sympathique petite chapelle perdue au milieu des champs, (datant de 1753). Les fidèles aiment apporter leurs intentions de prière à Celle qu’ils honorent comme la Consolatrice des Affligés, et la remercient avec abondance de fleurs, (au moins à la bonne saison).

De l’autre côté, un buste du saint frère Mutien–Marie nous rappelle que nous ne sommes qu’à quelques kilomètres de Mellet, le village où il est né.